Marche : 8 heures de Charly-sur-Marne

mercredi 21 février 2007
popularité : 31%

Girod, le métronome suisse


(De notre correspondant local Jacques BOSSERELLE). « J’ai repris la marche il y a un peu plus de deux ans, je ne pensais pas
revenir si vite à un bon niveau ». Quelques mois après avoir remporté les 200 kilomètres de Vallorbe, le Suisse Urbain Girod (43 ans) s’est imposé aux 8 heures de Charly-sur-Marne. Fidèle à son habitude, le Quimpérois Gilles Belloir a pris les commandes de la course dès son entame. Durant 50 kilomètres, ses poursuivants ne lui ont rien repris. Il y avait pourtant du beau monde sur les talons de ce
Breton têtu, auteur d’une vraie prouesse athlétique devant le Polonais Urbanowski, meilleur marcheur mondial de l’heure, le Meusien Thierry Heinrich, vainqueur de Chalons-en-Champagne-Colmar l’an dernier, le Castel Philippe Morel, le Barois Pascal Tournois et le futur vainqueur. En vrai styliste, ce dernier s’extirpait de ce peloton d’élite" et passait un Belloir sans réaction.

Voir Colmar...

Nombre d’observateurs croyait Belloir cuit pour le compte mais le gaillard avait encore de la ré
serve. Il repoussait les assauts d’Urbanowski et des autres pour finalement se maintenir à une magnifique 2e place... non sans inquiéter Girod, longtemps en point de mire : « Je savais que mes poursuivants n’étaient pas loin, cela m’a un peu stressé avant de me rendre compte que je finissais par creuser l’écart. J’ai alors tout donné ». A une moyenne dépassant les 10 km/heure, le métronome de Monthey (canton du Valais), pépiniériste de son état, avait suffisamment de réserves pour hausser le ton et finalement dompter assez largement une rivalité au sein de laquelle Philippe Morel a retrouvé de bonnes sensations : « J’ai bien travaillé, j’ai tiré mon épingle du jeu face à certains marcheurs de vitesse. Je vais partir en stage avant les 200 kilomètres de Château-Thierry (24 et 25 mars) où j’espère décrocher ma qualification pour Paris-Colman. Egalement l’objectif de Girod, impatient de marcher sur les traces de son père, ancien marcheur de grand fond ayant disputé Strasbourg-Paris.

Chez les féminines, la Havraise Kora Boufflert n’a pas connu de rivales à la mesure de son im-
mense talent. Elle s’est imposée au terme d’un impressionnant cavalier seul.

1. Urbain Girod (CM. Monthey, Suisse), 80,972 en 7 h 57’ 45 (moyenne horaire : 10,169) ; 2. Belloir (ULA. Quimper), 78,391 km en 7 h 57’ 24 ; 3. Urbanowski (Slask Wroclam, Pologne), 78,391 km en 7 h 58’ 58 ; 4. Heinrich (Ligny-en-Barrois), 78,391 km en 8 h 00’53 ; 5. Tournois (ASM. Bar-le-Duc), 75,810 km en 7 h 51’ 25 ; 6. Morel (Athlétic-Club de Château-Thierry), 75,810 km en 7 h 58’ 14 ; 7. Costils (Vernon), 75,810 km en 8 h 00’ 54 ; 8. Thibaux (ÇA. Agéen), 73,229 km en 7 h 47’ 01 ; 9. Paille (ESMA. Bruges, Belgique), 73,229 km en 7 h 47’ 43 ; 10. José Mora Bernardo (Standing Palma, Espagne), 73,229 km en 7 h 50’ 44
II. Naumowicz (Goehelle Ath), 73,229 km en 7 h 59’ 07 ; 12. Genin (ÇA. Monthey), 70,648 km en 7 h 45’ 17 • 13. Blaisy (C.S. Meaux), 70, 648 km en 7 h 47’ 04 ; 14. Pellerin (Bazancourt A.C), 70,648 km en 7 h 48’ 21 ; 15. Ruelle (US. Melun), 70,648 km en 7 h 49’ 09...

FÉMININES. - 1. Kora Boufflert (A.S. Cheminots Havrais), 70,648 km en 7 h 53’ 12 (moyenne-horaire : 8,958) ; 2. Varin (Coulommiers Brie), 68,067 km en 7 h 55’ 30 ; 3. Goleret (O.C. Thiervillois 55), 65,486 km en 7 h 51’ 17 ; 4. Dois (AFA. Feyzin), 65,486 km en 8 h 00’ 21 ; 5. An-xionnat (RESDA. Vosges), 62,905 km en 7 h 56’ 37...
Didier TATIN