Marche : quel avenir pour les 200 kilomètres castels ?

mercredi 30 avril 2008
popularité : 6%







JPEG - 15.9 ko
Pérenniser l’épreuve castelle, un challenge à relever.

Manque d’athlètes, désaffection du public… Les 200 kilomètres à la marche de Château-Thierry sont en perte de vitesse. Explications mais aussi raisons d’espérer.

DANS le cœur de nombreux Castels, les 200 kilomètres à la marche occupent une place privilégiée. Les prouesses des Mayeur, Roby, Baudry, Bordier et, plus près de nous, de Philippe Morel, ont, il est vrai, marqué les esprits. Force est pourtant de constater la désaffection des marcheurs « Elite » et du public pour cette épreuve d’endurance, comme l’a démontré la 29e édition des 29 et 30 mars derniers. Aussi faut-il en chercher les raisons.

Calendrier en question

Jusqu’à l’an dernier, les candidats à Paris-Colmar obtenaient leur sélection après avoir couvert deux épreuves sélectives. Depuis cette année, une seule suffit. Les instances espèrent ainsi attirer davantage de marcheurs au départ de l’épreuve reine. L’intention est fort louable mais très discutable. Avec un seul « 200 » à leur compteur, les marcheurs seront-ils vraiment prêts à faire face aux exigences de la plus longue épreuve mondiale de grand fond ? Sans doute, non. En allégeant les critères de qualification, les décideurs parisiens ont pénalisé les organisateurs de sélectives. Pourquoi, en effet, un marcheur prendrait-il le départ des 200 km de Château-Thierry s’il a déjà obtenu sa « qualif » à Graide (Belgique) ou à Vallorbe (Suisse) ?

Des animations

D’autre part, l’établissement du calendrier annuel des sélectives n’est pas décidé collectivement. Il laisse libre cours à chaque organisateur de faire ce qu’il veut sans tenir compte de son voisin. C’est ainsi que les « 200 » Castels 2008 ont eu lieu deux
semaines seulement avant l’épreuve de Bar-le-Duc. Ne serait-on pas en train de scier la branche…
Il faut espérer qu’en 2009, l’épreuve castelle, probable support aux championnats de France, sera protégée. Elle devrait bénéficier d’animations nouvelles sur le site de départ et d’arrivée, une volonté exprimée par les organisateurs lors d’une récente réunion bilan. Elle a reçu à cette occasion le soutien de la municipalité par la voix de l’adjoint aux sports Jean-Pierre Ducloux, favorable à un effort financier pour la rubrique « récompenses aux marcheurs ».