Paris-Alsace : Florian Letourneau, l’homme aux semelles de vent....

jeudi 26 mai 2016
popularité : 6%

JPEG - 5.7 ko

Pour la 4e année consécutive, le Castel Florian Letourneau s’attaque au " monument " de la marche de grand fond. Avec l’espoir de toucher (enfin) au but.

JPEG - 23.1 ko

Les 425 kilomètres de Paris-Alsace et leurs inévitables aléas auront-ils une nouvelle fois raison de Florian Letourneau ou ce dernier domptera-t-il enfin la doyenne, l’année de ses 90 ans ? Pour le benjamin du peloton international (27 ans), il est temps de passer la vitesse supérieure et de ressentir l’ivresse de couper la ligne, samedi en fin d’après-midi, dans le centre-ville de Ribeauvillé (Haut-Rhin). " Je pars avec l’objectif d’aller au bout. Si ma progression se passe bien, je réviserai peut-être mes ambitions à la hausse " avance le sociétaire de l’Athlétic-Club de Château-Thierry (ACCT), galvanisé par un parcours 2016 de bonne facture.

Record personnel à Château

En février ’’ Flo ’’ s’est adjugé les 8 heures de Charly-sur-Marne, affichant l’efficacité du marcheur de vitesse qui l’ont conduit au titre de champion de France espoir sur 20 km (2009) et 50 km,un an plus tard. Aux 24 heures de Saint-Thibaut-des-Vignes (Seine-et-Marne), à court d’entraînement, il a couvert ’’ au mental ’’ l’honorable distance de 176 bornes avant de monter sur le podium des 24 heures castelles (3e) en élevant son record personnel à 189 km ! Deux mois le séparaient encore de Paris-Alsace. Suivant les conseils de son entraîneur (et beau-père à la ville), le Marnais Guy Legrand, il a jaugé l’évolution de sa forme sur des épreuves courtes, toutes remportées. Ainsi, la Voix de le Liberté (44 km), entre Verdun et Sainte-Menehould, le 8 mai, les 6 heures de Neuilly-sur-Marne qui ont suivi, en relais avec son camarade de club, Cédric Varain " à presque 10 km/heure de moyenne ".

Bar-le-Duc, premier objectif

A quelques heures de mettre le cap à l’Est " la forme est là " sourit-il. Florian Letourneau n’a rien laissé au hasard. 14 personnes composent son équipe dont un quatuor de marcheurs (Guy Legrand, Cédric Varain, Mathieu Olivares, Sébastien Genin), rompus aux grand fond auxquels il faut ajouter Frédéric Jourd’hui, l’ancien chef d’équipe du recordman de victoires (10), le Polonais Urbanowski,

Il reste maintenant à concrétiser suivant un tableau de marche sagement élaboré : " Atteindre le repos (2 heures) de Bar-le-Duc (Meuse) jeudi à 23 h 30 me placerait dans de bonnes dispositions", ajoute-t-il. Il restera 166 kilomètres avant Epinal (Vosges), terme de la grande étape partie de Château-Thierry, un long secteur où la course se joue souvent avant le col du Bonhomme où elle prend toute sa dimension. Florian Letourneau espère être encore parmi les rescapés, le plus haut possible...

De notre correspondant Jacques Bosserelle