Course hors stade / Moutardier… et les autres

lundi 12 décembre 2011
popularité : 8%

JPEG - 31.4 ko
Alois Moutardier (au centre), Christophe Franckiewicz (à gauche) et Nicolas Tullier ou l’ACCT sans partage au sein d’une corrida toujours festive.

Si la corrida castelle demeure un rendez-vous incontournable, la course des As n’attire guère de coureurs extérieurs. Qu’importe, Alois le local a, lui, déroulé pour sa rentrée.

A Château-Thierry, la course de Noël deviendrait-elle une course interne entre coureurs du sud de l’Aisne ? A en juger le classement de la 13e édition, elle en prend le chemin, ce qui, à terme, pourrait nuire à sa notoriété, sa popularité et son côté convivial.

Si la quantité était, une nouvelle fois, présente sur la course des As avec plus de 110 partants (les courses jeunes ont, quant à elles, battu leur record de participation avec plus de 170 enfants et adolescents), le manque de rivalité au sommet de la course a rendu celle-ci plutôt monotone.
Vainqueur au terme d’un cavalier seul, Alois Moutardier s’est offert un retour tranquille sur le devant de la scène. Après un premier tour de chauffe, le chef de file de l’Athlétic-Club de Château-Thierry a pris les devants, laissant courir les autres pour les accessits.
Longtemps au coude à coude, Christophe Franckiéwicz et Nicolas Tullier ont eu le mérite de limiter l’écart avant que le premier nommé ne prenne le dessus.

Vétérans dans le tempo

JPEG - 24.9 ko
Céline Bernard (à gauche) et Estelle Athurion ont dominé la course féminine.

Pendant ce temps, Moutardier tournait au rythme de 3’55 au tour, assez loin du record de l’épreuve qu’il détient. L’ACCT a ainsi posé son emprise et sorti du rang le junior Geoffrey Moreaux (4e) tandis que ses vétérans continuent de tourner à plein régime, notamment Ansermin (5e), Casier (7e), Le Corre (8e)… Le rendez-vous départemental, début janvier, est dans leurs cordes.
Chez les féminines, la très régulière Céline Bernard a permis à l’ACCT de réussir le doublé. Seule rivale à sa mesure, la Rémoise (et ex-Castelle), Estelle Athurion, lui a tenu la dragée haute durant deux tours avant que la prof de maths ne fasse la différence, au train.