Marche. Florian Letourneau est prêt pour les France de grand fond

lundi 4 février 2019
popularité : 17%

Victorieux des 8 heures de Charly-sur-Marne, le Castel Florian Letourneau s’affiche comme l’un des favoris de ces championnats de France de grand fond.

Florian Letourneau postule en favori au National de Bourges. - Jacques Bosserelle

Trois semaines avant les championnats de France de grand fond, les 23 et 24 février à Bourges (Cher), les 8 heures de Charly-sur-Marne ont servi d’utile préparation pour nombre de candidats au podium. Certains, à l’instar du champion sortant Christophe Laborie (Essonne Athlé), absent, ont manqué l’occasion d’affiner leur condition dans le contexte de la compétition, ce qui ne veut pas dire qu’ils ne postuleront pas au titre.

À Bourges, ils devront sans nul doute compter avec le retour au premier plan de Jean-Marie Rouault (USM Gagny) et de l’insolente supériorité du Castel Florian Letourneau sur les deux dernières épreuves de référence, les 8 heures d’Etampes-sur-Marne (fin novembre) et de Charly-sur-Marne, ce dernier dimanche. Après une nuit réparatrice, ’’ Flo ’’ savourait son succès carlésien. « Je savais qu’en marchant à bonne allure de façon régulière, sans me mettre dans le rouge, je serai en mesure de revenir sur l’homme de tête (NDLR : le Poitevin Maxime Faiteau). Ce matin (hier), je n’ai pas mal aux jambes, je suis en confiance avant Bourges. »

Cédric Varain, l’alerte

En quête d’un titre majeur depuis son doublé (20 et 50 km) chez les espoirs et son couronnement sur 100 bornes, en 2016, le trentenaire a affiché la maturité et la condition d’un postulant au titre sur le tour de cadran. S’il en est un qui a inscrit le rendez-vous berruyer sur son agenda, c’est bien Cédric Varain mais à Charly-sur-Marne, le champion de France 2017 sur les ’’ 100 ’’ lui aussi a mis la flèche à la mi-journée en raison de douleurs au bas du dos et à l’aine. « J’avais de très bonnes jambes mais pour ne pas compromettre mes chances avant d’aller à Bourges, j’ai préféré stopper sagement. » En espérant rebondir le jour J.


Athlétisme. Letourneau s’impose à Charly-sur-Marne

Alors que ses adversaires s’écroulaient les uns après les autres lors de ces 8 heures de marche, Florian Letourneau a su puiser au fond de lui-même pour l’emporter.

Un peu plus de deux mois après avoir remporté les 8 heures d’Etampes-sur-Marne en menant la course du début à la fin, le Castel Florian Letourneau a remis le couvert, hier sur les 8 heures de Charly-sur-Marne mais d’une toute autre manière. Face à une rivalité plus nombreuse, consistante et forte avec, entre autres, plusieurs spécialistes des 20 et 50 kilomètres, le second des deux derniers Paris-Alsace est parti prudemment, laissant le jeune Poitevin Maxime Faiteau faire le show.

Vainqueur sortant, Faiteau a mis le turbo d’entrée. Dans un style que les puristes ont apprécié, effleurant le bitume à 10 à l’heure, il s’est isolé en tête, loin, très loin devant le Francilien Deparday. Quant aux autres favoris, ils semblaient déjà résignés. L’affaire tournait à la démonstration, trop aux yeux de Letourneau, premier en action afin de stabiliser le grand écart… à défaut de le réduire.
Faiteau, le coup de barre !

On approchait de la mi-course, la hiérarchie ne bougeait point même si, de l’arrière, le Francilien Rouault, le Nordiste Vandercoilden ou encore le Bretron Georgelin avaient eux aussi passé la vitesse supérieure. Soudain, coup de théâtre quand Faiteau a commencé à se désunir jusqu’à connaître un passage très difficile au point de s’arrêter et de se taper le front de la paume de la main, secouant sa tête afin qu’elle entraîne à nouveau ses jambes.

Grâce à l’intervention pédagogique de son staff, il s’est peu à peu remis en marche mais pendant ce temps, Deparday, Letourneau et quelques autres avaient fondu sur lui sans toutefois recoller à ses basques. La bagarre a finalement repris de plus belle avec un Faiteau ragaillardi, soucieux de conserver le titre carlésien mais moins efficace qu’au petit matin. à l’inverse de Letourneau devenu à son tour irrésistible. Après avoir rejoint Deparday, moins fringant lui aussi, il est revenu la hauteur de Faiteau sur le coup de 14 heures 30, au terme d’un effort intensif de longue haleine. Les deux hommes sont alors restés au coude à coude un bon moment avant que Letourneau ne trouve les ressources pour aller chercher une victoire inespérée quelques heures plus tôt.

Chez les Féminines, la Francilienne Nathalie Steinville a longtemps paru en mesure de vaincre pour la première fois dans la cité d’Émile Morlot avant de décliner, laissant la Colmarienne Adèle Ropers prendre le relais en tête. Irrésistiblement.

1. Florian Letourneau (Athlétic Club de Château-Thierry) 73,175 kilomètres en 8h02’31, 2. Faiteau (Entente Poitiers Athlé) 70,6 km en 7h45’43, 3. Rouault (USM Gagny) 70,6 km en 7h48’59, 4. Deparday (Stadium Montigny AC) 70,6 km en 7h49’08, 5. Vandercoilden (Villeneuve d’Ascq FA) 70,6 km en 7h53’46, 6. Georgelin (EA Cessonnaise) 70,6 km en 7h57’22, 7. Papi (WAA) 68,025 km en 7h50’51, 8. Malfondet (Non licencié, Paris) 68,025 km en 7h51’34, 9. Lougrada (CM Roubaix) 68,025 km en 8h01’37, 10. Coulombel (CMR) 68,025 km en 8h02’27, 11. Arnault (Neuilly-sur-Marne Athlé) 65,450 km en 7h46’22, 12. Maréchal (ACCT) 65,450 km en 7h47’06, 13. Laneau (US Camon) 65,450 km en 7h53’43, 14. Leijtens (Rotterdam WV)) 65,450 km en 7h58’29, 15. Langlois (Marne et Gondoire) 65,450 km en 7h58’44 ... 18. Pellerin (ACCT) 65,450 km en 8h04’55 ... 32. Hiernard (AFD 02) 60,300 km en 8h03’40...

FEMININES : 1. Adèle Ropers (Pays de Colmar Athlé) 65,450 kilomètres en 8h05’50, 2. Caleyon (AFA Feyzin Vennissieux) 62,875 km en 7h46’40, 3. Steinville (ASFI Villejuif) 62,875 km en 7h47’45...