Cinq athlètes de Château-Thierry aux championnats de France de cross country

samedi 23 février 2019
popularité : 16%

Au cours du championnat des Hauts-de-France de cross country, demi-finale des championnats de France de la discipline organisée par l’entente Sud Aisne Athlétisme ce dernier dimanche au parc Saint-Crépin, à Soissons, l’Athlétic Club de Château-Thierry (ACCT) a bien tiré son épingle du jeu. Cinq de ses représentant(e)s ont décroché leur qualification pour le rendez-vous national du dimanche 10 mars à Vittel (Vosges). Le club présidé par Isabelle Vattier avait déplacé 44 athlètes (sur 1 714 présents) qualifiés quelques semaines plus tôt sur ce même circuit, lors des Départementaux. La délégation castelle était accompagnée des entraîneurs Joël Langlois, José Bastos, Frédéric Leclercq et Christian Petit tandis que trois juges du club (Florence Bastos, Magali Dogny et Patrice Pigal) figuraient parmi les officiels.
Les athlètes qualifié (e) s

Laurine Housseaux. Sur le cross court (4,3 km), elle s’est classée 10e au scratch (sur 109 concurrentes) mais aussi 3e espoir féminine et première du département pour le seul podium castel de ce championnat, le premier sur une demi-finale pour la jeune femme. « Je suis partie un peu vite avant de subir un petit coup de mou. J’ai ensuite repris normalement ma respiration et tout s’est bien terminé pour moi. »

Déborah Maurice. Dans la même épreuve, la diététicienne-nutritionniste a terminé 24e après une course régulière, pleine de sagesse comme à son habitude.

Typhanie Langlois. Cadette première année, elle a accompli une belle performance sur la distance de 3,950 km. Typhanie n’avait pas d’objectif précis. Après un excellent départ, elle s’est positionnée à un rang très honorable, soucieuse de maîtriser un stress envahissant. Sans faiblir, elle a réussi à entrer dans le top 20 (19e) félicité par Joël Langlois, son papa entraîneur. « Pour elle comme pour beaucoup d’athlètes, le stress les freine dans leur progression. Je leur dit souvent de se faire plaisir, sans se faire de film. »

Théo Lévêque Le cadet arrive 27e. Objectif atteint sur les 5,5 km du parcours pour celui qui a pratiqué le cyclisme avant de se diriger vers l’athlétisme. « Je voulais entrer dans les trente premiers. J’ai forcé un peu au début pour bien me placer puis j’ai réussi à gérer ma course », analysait à chaud le lycéen de la Cité Technique Jules Verne.

José Bastos Master masculin arrive 17e. On ne présente plus cette figure emblématique de l’ACCT, son club de toujours. Il a su se préparer de la meilleure façon.« On me voyait terminer entre la 25e et la 30e place alors cette 17e place (sur 254 partants, NDLR), c’est du bonus », avouait-il, radieux et pas mécontent d’avoir déjoué les pronostics sur les 10 bornes de cette épreuve très enlevée.« Je suis parti très vite, j’ai ensuite poursuivi ma progression sans faiblir. » Pour une nouvelle qualification aux ’’ France ’’ venue s’ajouter à un palmarès qui n’en fini pas de s’étoffer. De notre correspondant

Jacques Bosserelle