cross-country : Championnats de l’Aisne Vague verte sur Monampteuil

lundi 11 janvier 2010
par  Patrice
popularité : 4%

SUR un sol gelé malgré le redoux, ils furent près d’un millier à galoper autour du lac de Monampteuil afin de clarifier la hiérarchie départementale. Club organisateur, la FC Laon, pour avoir cumulé 30 podiums sur 47 possibles, est apparu comme le grand gagnant de l’après-midi.

Cette suprématie n’a toutefois pas empêché le Castel Aloïs Moutardier, 24 ans, de clôturer les débats par un neuvième sacre départemental, le deuxième en seniors. En tête à l’issue du premier kilomètre, il termina au trot avec 33’’ d’avance sur son dauphin, le Ternois Jérôme Noizier.

JPEG - 113.9 ko

Le podium fut complété par le Laonnois Alexandre Purnelle, également 1er espoir.
Caputo déroule
« Le parcours était très glissant, assez casse-pattes donc j’ai surtout cherché à gérer car il n’y avait pas beaucoup de concurrence, témoignait le vainqueur à l’arrivée. Pour les Régionaux (dans deux semaines à Chantilly), je courrai sans pression. On verra si je peux conserver mon titre. »
Peu auparavant, la Laonnoise Capucine Devillers avait confirmé avec à peine moins d’autorité sa suprématie chez les seniors féminines, devançant pour la deuxième année consécutive Mélanie Garnier. « C’est mon troisième titre départemental d’affilée ?, s’étonnait tout sourire la lauréate. Ah, je ne les compte pas trop… Là, c’était la première fois que j’arrivais sans stress à une compétition. Bon, après, je ne suis pas une tacticienne donc j’ai encore préféré lancer la bagarre assez vite. »

La FC Laon signa sa plus belle démonstration dans la course des juniors où le quatuor Leroy-Bougnot-Gérard-Bourdin usa Léo Crowet, Hirsonnais isolé qui eut le mérite d’aller compléter le podium derrière Vincent Leroy et Igor Bougnot.
Ce dernier ne cachait d’ailleurs pas les ambitions du FCL : « Avec cette équipe, on peut voir jusqu’aux championnats de France (organisés mi-mars à Laval après les Régionaux et Interrégionaux) car là, l’ensemble est vraiment équilibré. »
Pour Igor, la première bonne nouvelle de la journée fut la victoire de sa sœur Léa chez les minimes. La Laonnoise parvint à dompter les sœurs Lescarmontier, Camille et Elise, respectivement 2e et 5e.

Chez les juniors féminines, la Fresnoysienne Estelle Caputo n’eut pas besoin de puiser dans ses ressources pour repousser à près d’une minute sa dauphine Tiphanie Marie. « Il n’y avait personne alors je n’allais pas forcer », témoigna avec sa gouaille caractéristique la menue Caputo, manifestement peu émue de remporter un nouveau titre départemental après ceux glanés en minimes et cadettes.

A la mi-journée, Laon n’avait pas mis longtemps à afficher sa suprématie, à l’image du sacre de Saïd Saddedine chez les vétérans. Celui-ci devança l’increvable Laonnois Jacques Friedrich (1er V2), son frère Saïd et David Lescarmontier, père de Camille et Elise.

Saïd Saddedine, ancien de l’Esfra passé par Cambrai et arrivé à Laon l’an dernier pour occuper la fonction d’entraîneur, est un des facteurs ayant contribué à une meilleure exploitation des talents laonnois. « Je mets en valeur leur potentiel initial - qui est déjà excellent - en les optimisant par des programmes plus détaillés », expliquait-il. Jonathan Poulet, président du FC Laon, pouvait euphémiser à la tombée du jour : « Oui, je ne vous cache pas qu’on est assez satisfait. »

Mathieu LIVOREIL