Semi-marathon des Fables 2015 : Axonais en verve...

mardi 14 avril 2015
popularité : 3%

JPEG - 5.7 ko

" Nous n’avons pas souvent l’occasion de courir ensemble, nous en avons profité pour faire une bonne séance au train ". Ainsi s’exprimait le Rémois Stéphane Kotarba après avoir franchi la ligne main dans la main avec l’Etampois de l’Entente Oise Athlétisme, Romuald Depaepe. Les deux hommes s’apprécient depuis le mariage du premier nommé avec ’’ Romu ’’ comme témoin. L’un et l’autre n’ont laissé à personne le soin de prendre les rênes. La suite ? Une bonne gestion de leurs efforts, histoire de cultiver une excellente condition printanière afin de faire face à leurs échéances. Kotarba prépare le triathlon de Chamouille (juin) avec deux célèbres coaches, le champion de France de triathlon 2013 Vincent Luis pour le vélo et Farouk Madaci pour la course à pied. Plus tard, en août il sera au départ du championnat du monde de marathon ouvert aux vétérans, à Lyon. De quoi aiguiser son (toujours) jeune appétit.
Pour Romuald Depaepe, le 10 bornes castel faisait suite à sa belle victoire d’il y a trois semaines sur l’Eco Trail de Paris (50 km en 3 h 24’ 5), huit jours avant l’Urban Trail de Lyon pour lequel il s’impose un gros travail. Le bon comportement des 02 est complété par la victoire de la Castelle Marie-Lucie lin.Jousse

Lescarmontier en jambes

Remporté pour la 3e fois (après 2011 et 2014) par l’intouchable Burundais Richard Musagirije, le Semi-marathon a vu David Lescarmontier entrer dans le top 3. Pleinement satisfait de son chrono (1 h 14’ 56) malgré une seconde partie au fort dénivelé, l’Axonais a mené durant trois kilomètres avant de rester sagement dans le peloton de tête. J’ai bien réglé mon allure puis j’ai lâché un peu sur une accélération du Compiégnois (Benoît Potelle) dans la première difficulté ". Son objectif est désormais de se présenter fin prêt au départ du marathon du Mont-st-Michel, le 31 mai. A l’inverse, le Castel Vincent Gadenne (5e) s’estimait déçu de son temps (1 h 18 contre 1 h 16 ici même il y a deux ans). "A compter du 4e kilo, j’ai fait ma course, je ne ressentais pas de bonnes sensations " a conclu cet ouvrier du bâtiment, soucieux de s’octroyer un peu de repos.

JPEG - 73.9 ko
David Lescarmontier et Vincent Gadenne