cross-country / Pré-France Plus si Petit que ça !

samedi 12 février 2011
popularité : 17%

JPEG - 67.8 ko
Le cadet de l’AC Château-Thierry vise une place dans les trois premiers, demain.

BLESSÉ à l’entraînement quelques jours avant la corrida de Château-Thierry, François Petit n’avait pu, la mort dans l’âme, prendre part à la fête, se privant du même coup d’une victoire qui lui semblait promise, dans sa catégorie.
Le cadet de l’Athletic Club de Château-Thierry s’est bien rattrapé depuis avec un magnifique doublé « département/région ».
A Monampteuil, François Petit a atteint deux de ses trois objectifs. Il lui reste à décrocher son billet pour les championnats de France, demain aux Interrégionaux de Ham (Somme).

Course d’attente ?

Au club castel, le président Claude Dogny estime « réelles » ses chances d’y parvenir et le voit même « accéder au podium ». Son premier atout ? une connaissance assez précise du terrain, détaillée par son conseiller, un certain Aloïs Moutardier, vainqueur sur le circuit hamois de son premier titre régional.
François Petit abonde dans le sens de son président : « J’aborde ce championnat sans appréhension. Pour le titre, cela s’annonce difficile avec la présence, entre autres du champion de France UNSS (le Rémois de l’Esfra Alexandre Saddedine) mais une place dans les trois premiers et une qualification aux France me semblent dans mes cordes. » Sans perdre de vue « qu’un championnat renferme toujours son lot d’incertitudes », il envisage dans un premier temps « une course d’attente » avant, peut-être, d’exploiter son punch dévastateur, une de ses armes principales.

François Petit est venu à l’athlétisme par le biais de l’UNSS. Il y a deux ans, son premier essai à l’ACCT ne s’est pas révélé concluant : « J’ai stoppé assez vite car l’esprit de compétition rencontré parfois aux entraînements me faisait un peu peur. » De retour l’an dernier, il a intégré un groupe « de bons copains » et pris confiance en ses moyens.

Les bons résultats ont suivi avec le concours et la complicité d’Aloïs Moutardier, un exemple à suivre. Et d’évoquer, radieux, son avenir estival « le 3.000 mètres plat, le fond ». A l’ACCT, François Petit a pris ses aises.